Aller au contenu principal
Côte d’Ivoire

Abidjan, ville ouverte

Par Alexandra Fisch zlimam - Publié en mars 2020
Share

Avec le retour de la stabilité et le développement économique, « Babi » s’est imposée comme une cité globale connectée au monde, tout en étant la porte d’entrée principale de la sous-région.

Avec le retour de la paix et le renouveau économique, la capitale économique de la Côte d’Ivoire a retrouvé tout son lustre. Centre névralgique des affaires, place émergente en matière de tourisme et de loisirs, la cité de 5 millions d’habitants incarne aussi un étonnant melting-pot de cultures et d’origines : africaines, européennes, asiatiques… Depuis 2011, de nombreuses organisations internationales y ont élu domicile. 
La Banque africaine de développement (BAD) a été la première à réintégrer la ville en 2014, après onze ans d’« exil » à Tunis. Cet événement fortement encouragé par le président Ouattara a été rendu possible grâce à la stabilité politique et au retour de la paix. Le siège de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) a déménagé de Londres à Abidjan le 25 avril 2017. La mégalopole est dorénavant en mesure d’offrir des infrastructures adéquates (accueil, transport, hébergement, communication, etc.) pour recevoir de grandes entreprises ou organisations. L’offre hôtelière progresse régulièrement avec la présence de marques mondiales de renom. Et l’aéroport Félix Houphouët-Boigny a bénéficié à partir de fin 2017 d’un important programme de modernisation et d’extension. L’objectif est d’accentuer la mise aux normes de la structure et la capacité d’accueil des avions, et de soutenir en parallèle le développement de la compagnie Air Côte d’Ivoire. 
Avec cette montée en gamme, Abidjan attire également les grands événements et se positionne comme une ville de congrès : assemblées générales de la BAD, gala de la Fondation Children of Africa, Africa CEO Forum, Forum Mo Ibrahim (avril 2019), Forum mondial de l’OMT sur l’investissement touristique en Afrique (février 2020), etc. Dans ce contexte de fort dynamisme, repenser l’urbain, prévoir l’Abidjan de demain est un impératif. Les grands chantiers de la capitale économique concernent plusieurs domaines : lancement du métro, fluidification de la circulation, infrastructures, autonomie en eau et en énergie pour tous, protection et aménagement de la lagune, du patrimoine vert ou encore réinvention de sites pollués et condamnés, comme l’ancienne décharge d’Akouédo.
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara en mai 2011 et après deux décennies de crises multiples, le pays retrouve le chemin de l’unité et de l’ambition. On ne mesure peut-être pas aujourd’hui les défis auxquels a dû faire face la Côte d’Ivoire début 2011. À cette époque, elle est exsangue, épuisée par une double décennie de crises. Le décès du président Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, ouvre une séquence de profonde instabilité. Elle est affaiblie par la récession économique, la montée de la dette, le manque de réformes, ainsi que par la promotion du concept d’« ivoirité », selon lequel certains citoyens seraient plus ivoiriens que d’autres.

Publié en mars 2020

Investissements dans les infrastructures, retour de la compétitivité, inclusion sociale… La Côte d’Ivoire a retrouvé sa place de leader régional. On peut parler, sans aucun doute, d’un second miracle ivoirien. L’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, en 2011, ouvre un nouveau cycle, fortement dynamique. « La paix comme préalable au développement, le développement pour renforcer la paix. » À l’orée de son premier mandat, le président a annoncé son objectif : faire entrer son pays dans l’émergence à l’horizon 2020. Dès lors, avec son gouvernement, il a mis en place les éléments d’une croissance forte et durable. Depuis la fin de la crise politique en 2011, l’économie a progressé à un rythme moyen de 8 % par an, avec un pic de 10,1 % en 2012.

Publié en mars 2020

La politique des grands travaux, l’investissement dans les infrastructures, constitue l’une des clés de la compétitivité économique. Voyage en images sur ces territoires d’émergence. Ce 3e pont de la capitale économique relie Marcory à la zone résidentielle de Riviera. Réalisée en partenariat public-privé, longue de 6,7 km, la structure s’achève sur un vaste échangeur (boulevard VGE). 100 millions de véhicules l’ont empruntée depuis son ouverture*. (*Chiffres arrêtés à mars 2019.)

Publié en mars 2020