Aller au contenu principal
C'est comment ?

Déconnexions

Par Emmanuelle Pontié - Publié en août 2020

À ce jour, près de la moitié de la population mondiale est présente sur les réseaux sociaux. Et durant les douze derniers mois, en partie du fait de la pandémie de Covid-19, le nombre d’utilisateurs a augmenté d’environ 10 %, soit de 12 nouveaux utilisateurs par seconde. Super ! Les divers confinements ont poussé les habitants de la planète entière à communiquer différemment, les télétravailleurs à bosser à distance, arborant souvent un visage déformé sur un petit écran, les élèves à se connecter pour ne pas perdre pied dans leur cursus.

DOM
Bref, l’utilisation des applis et autres solutions high-tech ont le vent en poupe.

En Afrique aussi, la dématérialisation et les visioconférences se retrouvent partout à l’ordre du jour. Dans les entreprises, dans les ministères, dans les organisations panafricaines. Et sur les derniers mois, la plupart des pays ont assisté à une montée en charge sur les réseaux Internet fixe et mobile des opérateurs de télécommunications, ainsi qu’à une surconsommation de la bande passante.

Pourtant, sur le continent, l’accès aux nouvelles technologies, pour une kyrielle de raisons, reste faible et constitue un véritable casse-tête. Le matériel est cher et inaccessible pour la plupart, les connexions lentes, les délestages en chaîne… Résultat, des pans entiers des populations restent sur le carreau. Notamment les écoliers, abandonnés chez eux après la fermeture des établissements scolaires, qui ne rouvriront qu’à la rentrée à Kinshasa, à Dakar… Et ce dans le meilleur des scénarios.

Pourtant, les gouvernements communiquent à longueur d’année sur tel bout de fibre optique tout neuf, sur telle nouvelle couverture réseau exceptionnelle, ou encore sur telle possibilité de connexion révolutionnaire… Les programmes ambitieux se multiplient, sans pour autant porter leurs fruits, ou en tout cas pas assez rapidement. Et c’est un vrai souci, surtout à l’heure d’un monde connecté où les nouvelles technologies s’imposent accessoirement comme une arme majeure contre les effets d’une pandémie mondiale. Pour continuer à apprendre, à faire du commerce, à échanger, à travailler, à créer de la richesse, à vivre, quoi ! Alors espérons que cette sale période aura dopé nos dirigeants en matière de high-tech ! L’une de leur priorité doit devenir l’accès à Internet pour tous. Et vite…

Dans la même rubrique

Début décembre, Time, le grand hebdomadaire américain, s’est posé la question : 2020 a-t-elle été la pire année de l’histoire ? Évidemment, le tropisme du débat est propre à cette nation de « conquérants optimistes »... Et oui, il y a nettement pire dans l’histoire du monde, des guerres (à l’échelle de la planète), des épidémies dévastatrices (la fameuse peste noire du Moyen Âge, par exemple), des famines, des astéroïdes si l’on remonte à la nuit des temps… Mais pour tous les êtres humains vivant aujourd’hui, le choc 2020 est stupéfiant. Unique. Au-delà de notre expérience. Beaucoup d’entre nous sommes des enfants de l’après-guerre justement, du baby-boom (années 1950-1960), les héritiers des indépendances aussi, d’autres sont des kids de la génération Z (celle des enfants du numérique), tous acteurs et spectateurs d’un formidable accroissement des richesses et d’un recul sans précédent de la pauvreté dans l’histoire de l’humanité.

Publié en décembre 2020

Ce n’est pas un sujet festif. Je sais. Et c’est fait exprès. C’est aussi un thème que l’on aborde ici parfois autour du 8 mars, consacré Journée internationale des droits des femmes depuis 1911. Mais plus récemment, le 25 novembre a été déclaré Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et en ces temps de Covid-19, où les confinements successifs ont fait exploser ces agressions à travers le monde, et notamment à domicile, il est bon de rappeler, justement entre deux agapes de fin d’année et lorsque les vœux sont à l’honneur, qu’un nombre toujours incroyable de femmes souffrent au quotidien.

Publié en décembre 2020

Si l’Afrique apparaît souvent comme une terre d’émergence économique, elle semble comme à l’arrêt sur le plan politique, paralysée par les enjeux de pouvoir, les rigidités internes, la faiblesse du débat démocratique. Chaque élection, chaque passation se présente comme un obstacle quasi insurmontable, un stupéfiant affrontement interne. Évidemment, le pouvoir reste une lutte. On ne gagne pas les sommets sans batailler, sans convaincre, sans alliances, sans manœuvres… Mais le pouvoir pour le pouvoir ne mène nulle part, sauf à la dictature, à la « démocrature ». Et à l’échec. Il nous faut sortir de ces paradigmes anciens, vermoulus, qui nous freinent, limitent notre progrès. Il nous faut changer le politique pour aller plus vite, plus loin, répondre aux attentes de centaines de millions d’Africains.

Publié en novembre 2020