Aller au contenu principal
Edito

Faire face !

Par zlimam - Publié en avril 2020
Share

Au moment où j’écris ces lignes, à Paris, nous « bouclons » notre troisième semaine de confinement. Partie de Chine, la pandémie de Covid-19 a quasiment mis à l’arrêt l’économie mondiale. Frontières fermées, confinement massif des populations, arrêt du transport aérien, limitation des échanges. Pour le secteur de la presse, le coup de frein est radical. Avec en particulier, des limites drastiques à la diffusion des titres. Et la baisse, c’est un euphémisme, du chiffre d’affaires publicitaire. Notre magazine, 36 ans d’existence ininterrompue, n’est pas à l’abri de cette formidable tempête. 
 
Nous nous sommes mis en télétravail, nous fonctionnons du mieux possible, compte tenu des circonstances, et nous sommes surtout bien décidés à faire face à cette situation réellement extraordinaire. 
 
Nous sommes donc décidés à faire face, parce que ce sont dans ces moments de crise aiguë, de disruption, de menace globale que le rôle des médias prend tout son sens. Ce sont dans ces périodes d’incertitudes majeures, où tout s’assombrit, que nous devons plus encore jouer notre rôle, proposer un regard le plus objectif, le mieux informé possible. C’est aussi maintenant qu’il faut commencer à décrypter les conséquences de ce moment stupéfiant et dangereux, qu’il faut agir chacun à notre mesure pour ne pas revenir au statu quo ante, pour que le monde d’après soit un monde plus soucieux du bien-être de tous, conscient des enjeux collectifs de l’humanité. C’est à partir de maintenant qu’il faut se projeter vers demain. 
 
Nous sommes aussi décidés à faire face, parce que notre Afrique commune entre dans l’oeil du cyclone. Personne ne sait, au moment où ces lignes sont écrites, quelle sera l’ampleur de la pandémie, quelle sera la brutalité de la courbe. Et peut-être qu’au-delà des analyses catastrophistes, l’Afrique saura proposer ses propres solutions, sa propre approche de la lutte contre le virus. Sa propre écriture de son futur. Le moment est difficile, tragique. Mais, quels que soient les obstacles, nous sommes plus d’un milliard d’habitants, un grand continent de jeunesse et d’avenir, le continent du XXIe siècle. 
 
Voilà pourquoi nous allons nous battre, agir vigoureusement pour préserver l’audience d’Afrique Magazine et pour pleinement remplir n ot re rô l e. Compte tenu des difficultés de distribution, nous allons mettre ce numéro d’avril (n° 403) en ligne, directement sur notre site Web www.afriquemagazine.com, et parallèlement à sa sortie en kiosque là où ce sera possible. Nous allons accélérer notre mutation digitale, avec le démarrage d’une nouvelle version de notre offre Internet dans les semaines à venir. À partir de maintenant, progressivement, le site fonctionnera en parallèle du magazine « traditionnel ». Et seront mis à contribution nos réseaux sociaux et notre page Facebook en particulier. 
 
Nous serons sur le front du virus, et ce tant que la crise sera là. Mais parce que la vie doit aussi continuer, nous serons également encore plus présents dans notre territoire de savoir-faire : notre regard sur les cultures, sur les vibrations du continent, les changements, sur les sons et les images, l’écriture et la lecture, les arts, la créativité, la mode, la tech, notre regard sur les gens, les femmes et les hommes qui incarnent notre avenir collectif. 
 
Nous voulons être avec vous, à côté de vous. Nous allons faire face. Nous surmonterons l’épreuve ensemble.
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Début décembre, Time, le grand hebdomadaire américain, s’est posé la question : 2020 a-t-elle été la pire année de l’histoire ? Évidemment, le tropisme du débat est propre à cette nation de « conquérants optimistes »... Et oui, il y a nettement pire dans l’histoire du monde, des guerres (à l’échelle de la planète), des épidémies dévastatrices (la fameuse peste noire du Moyen Âge, par exemple), des famines, des astéroïdes si l’on remonte à la nuit des temps… Mais pour tous les êtres humains vivant aujourd’hui, le choc 2020 est stupéfiant. Unique. Au-delà de notre expérience. Beaucoup d’entre nous sommes des enfants de l’après-guerre justement, du baby-boom (années 1950-1960), les héritiers des indépendances aussi, d’autres sont des kids de la génération Z (celle des enfants du numérique), tous acteurs et spectateurs d’un formidable accroissement des richesses et d’un recul sans précédent de la pauvreté dans l’histoire de l’humanité.

Publié en décembre 2020

Ce n’est pas un sujet festif. Je sais. Et c’est fait exprès. C’est aussi un thème que l’on aborde ici parfois autour du 8 mars, consacré Journée internationale des droits des femmes depuis 1911. Mais plus récemment, le 25 novembre a été déclaré Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et en ces temps de Covid-19, où les confinements successifs ont fait exploser ces agressions à travers le monde, et notamment à domicile, il est bon de rappeler, justement entre deux agapes de fin d’année et lorsque les vœux sont à l’honneur, qu’un nombre toujours incroyable de femmes souffrent au quotidien.

Publié en décembre 2020

Si l’Afrique apparaît souvent comme une terre d’émergence économique, elle semble comme à l’arrêt sur le plan politique, paralysée par les enjeux de pouvoir, les rigidités internes, la faiblesse du débat démocratique. Chaque élection, chaque passation se présente comme un obstacle quasi insurmontable, un stupéfiant affrontement interne. Évidemment, le pouvoir reste une lutte. On ne gagne pas les sommets sans batailler, sans convaincre, sans alliances, sans manœuvres… Mais le pouvoir pour le pouvoir ne mène nulle part, sauf à la dictature, à la « démocrature ». Et à l’échec. Il nous faut sortir de ces paradigmes anciens, vermoulus, qui nous freinent, limitent notre progrès. Il nous faut changer le politique pour aller plus vite, plus loin, répondre aux attentes de centaines de millions d’Africains.

Publié en novembre 2020