Aller au contenu principal
C'est comment ?

Jeunes, oui mais…

Par Emmanuelle Pontié - Publié en mai 2020
Share
Un premier constat semble faire l’unanimité : le nouveau coronavirus se répand moins vite en Afrique qu’ailleurs. Dans un contexte où les plus grands virologues tâtonnent encore devant ce fléau tout nouveau, pas mal d’hypothèses sont déjà avancées : le virus n’aimerait pas la chaleur, l’épidémie aurait commencé plus tard sur le continent et les frontières auraient été fermées plus vite, les échanges entre l’Afrique et le reste de la planète seraient moins denses, ou encore les Africains seraient surentraînés aux infections en tout genre… Il y a sûrement un peu de vrai dans tout ça.

DOM

On peut ajouter des raisons liées aux réalités sociales, comme le fait de ne pas consulter, de ne pas se faire tester et d’échapper aux statistiques officielles, peut-être un peu sous-évaluées. Mais la
 raison la plus probable, qui tient la route sur le plan scientifique, et presque mathématique, c’est notre courbe des âges : 62 % de la population a moins de 25 ans, avec un âge médian qui tourne autour de 19,5 ans. Excellente nouvelle… Le Covid-19 préfère s’attaquer mortellement aux « anciens », et la vitalité de la jeunesse africaine se présente comme un rempart salutaire. Sûrement, mais il faudrait quand même faire super attention. Parce que les moins de 30 ans sont clairement les moins prudents. Leur protection se résume souvent à un concours de frime avec des masques customisés, qu’ils arborent dans les lieux publics, les bars parfois restés ouverts, ou chez leurs potes, bien collés les uns aux autres, autour d’un plat africain commun ou d’un casier de bières.
 
Bref, les gestes barrière ne sont pas bien rentrés dans les mœurs, et ils continuent souvent de penser que c’est un virus qui vient d’ailleurs, qui ne les concerne pas, etc. Par ailleurs, selon pas mal de médecins locaux, l’état de santé général laisse souvent à désirer, et même les jeunes pourraient finalement être fragilisés face au Covid-19. Et pâtir, comme tous, d’une prise en charge qui deviendra de plus en plus compliquée au fur et à mesure que les cas augmenteront. Car même lentement, ils augmentent quand même régulièrement.
 
Enfin, chez nous, les gens âgés ne sont pas « parqués » dans des maisons de retraite comme ailleurs, où la contamination entre eux va bon train. Et tant mieux. Ils vivent dans les familles, mais justement, au contact… des enfants, des ados, de cette jeunesse peut-être « protégée », mais qui peut aussi contaminer les aînés. Pour toutes ces raisons, et surtout l’incertitude sur l’avenir, ce serait bien que les jeunes se responsabilisent un peu plus. Pour les autres, et pour eux. Afin que l’Afrique évite de sombrer dans la crise sanitaire mondiale du Covid. La gifle économique majeure qui en découle la touche déjà de plein fouet. C’est suffisant, non ? ■
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Début décembre, Time, le grand hebdomadaire américain, s’est posé la question : 2020 a-t-elle été la pire année de l’histoire ? Évidemment, le tropisme du débat est propre à cette nation de « conquérants optimistes »... Et oui, il y a nettement pire dans l’histoire du monde, des guerres (à l’échelle de la planète), des épidémies dévastatrices (la fameuse peste noire du Moyen Âge, par exemple), des famines, des astéroïdes si l’on remonte à la nuit des temps… Mais pour tous les êtres humains vivant aujourd’hui, le choc 2020 est stupéfiant. Unique. Au-delà de notre expérience. Beaucoup d’entre nous sommes des enfants de l’après-guerre justement, du baby-boom (années 1950-1960), les héritiers des indépendances aussi, d’autres sont des kids de la génération Z (celle des enfants du numérique), tous acteurs et spectateurs d’un formidable accroissement des richesses et d’un recul sans précédent de la pauvreté dans l’histoire de l’humanité.

Publié en décembre 2020

Ce n’est pas un sujet festif. Je sais. Et c’est fait exprès. C’est aussi un thème que l’on aborde ici parfois autour du 8 mars, consacré Journée internationale des droits des femmes depuis 1911. Mais plus récemment, le 25 novembre a été déclaré Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et en ces temps de Covid-19, où les confinements successifs ont fait exploser ces agressions à travers le monde, et notamment à domicile, il est bon de rappeler, justement entre deux agapes de fin d’année et lorsque les vœux sont à l’honneur, qu’un nombre toujours incroyable de femmes souffrent au quotidien.

Publié en décembre 2020

Si l’Afrique apparaît souvent comme une terre d’émergence économique, elle semble comme à l’arrêt sur le plan politique, paralysée par les enjeux de pouvoir, les rigidités internes, la faiblesse du débat démocratique. Chaque élection, chaque passation se présente comme un obstacle quasi insurmontable, un stupéfiant affrontement interne. Évidemment, le pouvoir reste une lutte. On ne gagne pas les sommets sans batailler, sans convaincre, sans alliances, sans manœuvres… Mais le pouvoir pour le pouvoir ne mène nulle part, sauf à la dictature, à la « démocrature ». Et à l’échec. Il nous faut sortir de ces paradigmes anciens, vermoulus, qui nous freinent, limitent notre progrès. Il nous faut changer le politique pour aller plus vite, plus loin, répondre aux attentes de centaines de millions d’Africains.

Publié en novembre 2020