Aller au contenu principal
Cinéma

L’oeil du cyclone

Par Jean Marie Chazeau - Publié en janvier 2018
Share
UNE JEUNE avocate, déterminée et droite, se voit proposer de défendre un dangereux criminel de guerre dans un procès très médiatisé. Elle accepte, malgré les dangers pour sa vie et sa carrière, et se retrouve ainsi dans « l’oeil du cyclone », où s’entremêlent l’enfance de son client traumatisé à vie par l’assassinat de ses parents, et les intérêts des hautes sphères du pouvoir où gravite… la riche famille de l’avocate. Le pays n’est jamais cité, mais le drame des enfants soldats est réel : ils seraient, aujourd’hui adultes, 150 000 sur le continent, véritable bombe à retardement de bien des conflits… Le Burkinabè Sekou Traoré, dont c’est le premier film, a adapté une pièce à succès et fait appel aux deux comédiens qui avaient créé ces personnages sur scène : l’Ivoirien Fargass Assandé, habité, et Maïmouna N’Diaye, au jeu très épuré. Tous deux ont décroché le prix d’interprétation au 24e Fespaco.
 
Par Jean-Marie Chazeau
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Le musicien malien Bassekou Kouyaté est le maître du n’goni, un luth ancestral d’Afrique de l’ouest, associé à la caste des djelis - ou griots, ces maîtres de la parole. Héritier de cette tradition transmise de père en fils, il a propulsé cet instrument sur la scène mondiale, et a fait évoluer son esthétique, le dotant notamment de sonorités électriques. Au festival Rio Loco Afrika 21 de Toulouse, Bassekou nous a présenté son nouvel album Miri, son approche artistique, son rôle de griot moderne, ses espoirs pour son pays.

 

Publié en juillet 2021

Un outil numérique qui pourrait sauver des vies - c’est du moins ainsi qu’on nous le présente. L'application StopCovid, destinée à équiper le maximum de téléphones portables et ce afin de déterminer qui a croisé la route d’un patient atteint du coronavirus. Tracer les fameux |cas contacts|, seul moyen d’enrayer la chaîne de transmission et ainsi éviter la deuxième vague tant redoutée. Et si StopCovid était la boîte de Pandore qu’on ouvrait sur un monde à la Orwell ?

Publié en juin 2020

C’est d’habitude la période qui donne le coup d’envoi dans le monde à la saison du tourisme. Celui où l’aérien et l’hôtellerie croulent sous les réservations, où les restaurants commencent à déployer leurs terrasses… Mais cette année, il n’en est rien. Alors qu’une moitié de la planète vit toujours confinée, ou commence à sortir prudemment du confinement, tous les indicateurs du tourisme sont au rouge. Le secteur traverse la pire crise de son histoire, à l’image des compagnies aériennes, plombées par leurs avions cloués au sol ou à moitié remplis.

Publié en juin 2020