Aller au contenu principal
Conflit

La bataille du Nil

Par Cédric Gouverneur - Publié en août 2020
Share

L’Éthiopie entend débuter ce mois de juillet le remplissage de son barrage géant, perçu comme une infrastructure vitale pour son économie. L’Égypte craint de ne plus maîtriser le débit d’un fleuve essentiel à sa survie. Et le Soudan louvoie entre ses deux voisins. La diplomatie est au point mort. Les armes vont-elles parler ?

Le vendredi 26 juin, un ultime soubresaut diplomatique a apporté un semblant d’accalmie entre les protagonistes de ce qu’il convient d’appeler la « bataille du Nil »… Accalmie qui s’est aussitôt estompée pour mieux souligner leur dangereuse incompréhension mutuelle.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. AHMAD ABDO/DPA/ABC/ANDIA.FR
Ce jour-là, la présidence égyptienne a déclaré que, sous l’égide de l’Union africaine, « les trois pays se sont entendus pour reporter la mise en service du barrage », et annoncé une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) sur le sujet le lundi suivant. Le premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a renchéri : « La mise en eau du barrage sera reportée jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé. » Mais une mise au point du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a refroidi tout optimisme : oui, les trois pays ont bien convenu « de négocier...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

ehdghrehg

Publié en octobre 2021

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur, adipiscing elit dictum quam, eleifend dapibus in molestie. Quam primis habitant nostra morbi odio rhoncus mattis vivamus lacus tortor faucibus, platea pharetra non dis venenatis placerat arcu penatibus sodales tempus, cubilia risus dictumst commodo per quisque mauris phasellus viverra erat. Velit eget sed vel vehicula conubia feugiat litora himenaeos dictumst sapien, tincidunt maecenas enim vitae ligula laoreet quisque justo ultrices nascetur, ornare inceptos nibh molestie augue ullamcorper

Publié en mars 2021

Un peu plus de 40 000 décès pour 1,3 milliard d’habitants. Face à l’épidémie, le continent paraît, pour le moment, relativement épargné. Reste que la crise impacte sévèrement les économies, les échanges et les sociétés. 2020 sera la première année de récession depuis un quart de siècle. Et la pauvreté va regagner du terrain. Quelles pourraient être les voies d’une relance solide, inclusive, durable et créatrice d’emplois ?

Publié en décembre 2020