Aller au contenu principal

Le contenu est roi

Par zlimam - Publié en juin 2020
Share
Au moment où vous lirez cet exemplaire, notre nouveau site, afriquemagazine.com, sera en ligne. C’est une étape importante dans notre volonté d’intégrer la chaîne numérique. Et une manière en quelque sorte d’illustrer, aussi, le thème du « monde d’après », qui sert de fil rouge à ce numéro. Un monde d’après marqué par la pandémie du nouveau coronavirus et ses conséquences stupéfiantes. Un monde d’après marqué par l’épuisement de modèles (États- Unis, Chine, Europe, capitalisme financier…) et la montée inexorable d’immenses dangers systémiques (changement climatique, raréfaction des ressources, nouvelles pandémies…). Un monde d’après modelé par cette révolution numérique multiforme, véritable rupture technologique, sensorielle, organisationnelle, deux siècles après les bouleversements de la révolution industrielle… 
 
On nous l’a dit et redit, les médias écrits traditionnels, « figés » dans le papier, le physique, seraient les premières victimes de cette digitalisation transformatrice. Notre business model traditionnel basé sur la publicité et les métiers connexes, comme la communication, l’édition ou l’événementiel, est violemment remis en cause (sans parler du Covid-19…). Il faut parler à nos lecteurs différemment. S’orienter vers de nouvelles offres et ressources. La vague digitale ne touche pas que la presse écrite. Aujourd’hui, on ne consomme plus la télévision et la radio « à l’ancienne », en attendant sagement les programmes. Aujourd’hui, nous pouvons choisir l’émission, le moment et le timing de notre attention. Certains grands médias écrits (« print »), en particulier les quotidiens, ont pris le virage depuis quelques années. Leurs abonnements numériques dépassent dorénavant leurs ventes physiques. Le vénérable New York Times (fondé en 1851) compte 5 millions d’abonnés digitaux, pour une diffusion print de 1 million d’exemplaires. Une performance obtenue en multipliant les promotions mais aussi les offres rédactionnelles à des publics ciblés : parentalité, immobilier, cuisine, mots croisés… 
 
Les réseaux sociaux (RS) sont venus accentuer cette phase aiguë de disruption médiatique. Ils ont transformé le champ de l’opinion publique. Chacun peut être son propre média. Chacun peut mettre en scène sa vie, exprimer ce qu’il pense ou chercher à orienter ce que les autres doivent penser… Les bouleversements sont spectaculaires. Ils impactent nos systèmes démocratiques, le pluralisme de nos sociétés. Des influenceurs peuvent recruter des millions d’abonnés, qui sont autant d’électeurs. Et Donald Trump, président des États-Unis, s’adresse sans filtre à sa base, directement via Twitter et Facebook, sans passer par les médiateurs habituels que sont les journaux ou les shows politiques télévisés… Nous sommes projetés dans un territoire temps différent, où l’immédiat apparaît comme la valeur cardinale, et où le recul, la perspective peuvent apparaître comme des valeurs démodées. Les RS, technologies magiques de l’expression pour tous, sont aussi les instruments privilégiés de la manipulation et du cynisme politique. Les fake news, les faux comptes, la désinformation plus ou moins subtile, vont bien au-delà de ce que les médias traditionnels auront pu inventer dans ce domaine… 
 
Les technologies digitales ne sont pas une fin en soi. Le numérique reste avant tout un outil. Une opportunité aussi, le moyen pour nous-même d’explorer le monde plus facilement, de nous mettre à l’écoute de ce qui vibre aujourd’hui. Le moyen de dépasser nos frontières, nos limites, d’atteindre des lecteurs différents, plus jeunes, et de nous adapter à une nouvelle demande. Le moyen de décloisonner notre pensée. Mais l’outil ne changera pas les exigences de notre métier. Un média est avant tout un vecteur d’information, de mise en perspective, avant d’être un vecteur d’influence. Et nous sommes journalistes, essentiellement. Notre objectif est de décrire, d’expliquer, de décrypter notre réel. Plus que jamais, dans le bruit que génère cette profusion digitale, le contenu sera roi. « Content is king » comme disent nos amis anglosaxons. C’est notre objectif. Produire de l’information et un magazine de qualité, du mieux possible. Jouer notre rôle de décrypteur dans une époque charnière, de ruptures, de dangers, mais aussi de promesses. Et proposer ce contenu (et d’autres à venir) sur un nouveau support, afriquemagazine.com. Tout en s’assurant de la pérennité du print. Et de sa spécificité.
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Début décembre, Time, le grand hebdomadaire américain, s’est posé la question : 2020 a-t-elle été la pire année de l’histoire ? Évidemment, le tropisme du débat est propre à cette nation de « conquérants optimistes »... Et oui, il y a nettement pire dans l’histoire du monde, des guerres (à l’échelle de la planète), des épidémies dévastatrices (la fameuse peste noire du Moyen Âge, par exemple), des famines, des astéroïdes si l’on remonte à la nuit des temps… Mais pour tous les êtres humains vivant aujourd’hui, le choc 2020 est stupéfiant. Unique. Au-delà de notre expérience. Beaucoup d’entre nous sommes des enfants de l’après-guerre justement, du baby-boom (années 1950-1960), les héritiers des indépendances aussi, d’autres sont des kids de la génération Z (celle des enfants du numérique), tous acteurs et spectateurs d’un formidable accroissement des richesses et d’un recul sans précédent de la pauvreté dans l’histoire de l’humanité.

Publié en décembre 2020

Ce n’est pas un sujet festif. Je sais. Et c’est fait exprès. C’est aussi un thème que l’on aborde ici parfois autour du 8 mars, consacré Journée internationale des droits des femmes depuis 1911. Mais plus récemment, le 25 novembre a été déclaré Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et en ces temps de Covid-19, où les confinements successifs ont fait exploser ces agressions à travers le monde, et notamment à domicile, il est bon de rappeler, justement entre deux agapes de fin d’année et lorsque les vœux sont à l’honneur, qu’un nombre toujours incroyable de femmes souffrent au quotidien.

Publié en décembre 2020

Si l’Afrique apparaît souvent comme une terre d’émergence économique, elle semble comme à l’arrêt sur le plan politique, paralysée par les enjeux de pouvoir, les rigidités internes, la faiblesse du débat démocratique. Chaque élection, chaque passation se présente comme un obstacle quasi insurmontable, un stupéfiant affrontement interne. Évidemment, le pouvoir reste une lutte. On ne gagne pas les sommets sans batailler, sans convaincre, sans alliances, sans manœuvres… Mais le pouvoir pour le pouvoir ne mène nulle part, sauf à la dictature, à la « démocrature ». Et à l’échec. Il nous faut sortir de ces paradigmes anciens, vermoulus, qui nous freinent, limitent notre progrès. Il nous faut changer le politique pour aller plus vite, plus loin, répondre aux attentes de centaines de millions d’Africains.

Publié en novembre 2020