Aller au contenu principal
Côte d’Ivoire

Les grands chantiers de la République

Par Alexandra Fisch zlimam - Publié en mars 2020
Share

La politique des grands travaux, l’investissement dans les infrastructures, constitue l’une des clés de la compétitivité économique. Voyage en images sur ces territoires d’émergence.

Nabil Zorkot
Construction (2014) 
Pont HKB, Abidjan 
Ce 3e pont de la capitale économique relie Marcory à la zone résidentielle de Riviera. Réalisée en partenariat public-privé, longue de 6,7 km, la structure s’achève sur un vaste échangeur (boulevard VGE). 100 millions de véhicules l’ont empruntée depuis son ouverture*. (*Chiffres arrêtés à mars 2019.)
Sur la nouvelle route bitumée entre Akandjé et Bingerville. PFO/DR
Programme routier (en cours) Objectif désenclavement 
Le but est d’atteindre 8 000 km de routes revêtues à la fin 2020 (contre 6 500 km en 2011) sur le territoire, grâce à la remise à niveau et à la construction d’axes supplémentaires et de ponts. Ces nouvelles infrastructures doivent relier les régions et permettre l’accès plus rapide aux pays limitrophes.
 
Interconnexion rapide 
Les travaux de réhabilitation de l’autoroute A1 entre Abidjan et Yamoussoukro ont été achevés en 2013. Les « deux capitales » sont à moins de 3 heures de route l’une de l’autre. Le tronçon Yamoussoukro-Bouaké est en cours d’achèvement. Et à terme, il s’agit de raccorder Abidjan à Ouagadougou. En 2015, le premier tronçon de l’autoroute vers le sud est et le Ghana est ouvert avec la section Abidjan-Grand-Bassam.
Nabil Zorkot
Travaux d’extension (en cours) Port autonome de San Pédro La grande cité de l’Ouest est le deuxième port du pays et le premier port cacaoyer du monde. Le site bénéficie d’un vaste programe de compétitivité. À la création du terminal industriel et commercial polyvalent, de plusieurs platesformes pour des entrepôts et des aires de stockage (empotage), s’ajoutent les constructions d’une chambre froide pour l’exploitation des produits de la mer et d’un centre emplisseur de la société Gaz Ivoire.
Renaud Vandermeeren
Construction de logements sociaux (2019)  Cité ADO, Abidjan La cité ADO, dans la commune de Yopougon, est l’un des grands projets du programme social. Elle regroupe 2 172 logements sociaux, une école primaire, un collège, un complexe commercial, un centre médical, des aires de jeux ou encore un foyer de jeunes.
Nabil Zorkot
Construction (2017) Barrage de Soubré Implanté sur le fleuve Sassandra, résultat du partenariat entre la Chine et la Côte d’Ivoire, le barrage hydroélectrique de 4 km de long et de 20 m de haut doit produire 275 MW par an. Ce projet-phare a démarré en 2013 et incarne l’un des éléments essentiels de l’indépendance énergétique du pays. Il double, à lui seul, la part de l’hydraulique dans la fourniture d’électricité. Et participe activement aux objectifs en matière d’énergies renouvelables.
Renaud Vandermeeren
Sauvegarde et aménagement (en cours) Lagune d’Ébrié et baie de Cocody, Abidjan Enfin ! Les travaux entamés en 2017 ont pour objectif de résoudre durablement la problématique de la pollution de la baie et de son bassin-versant, en 2017. Une véritable transformation pour la lagune (station d’épuration) et la ville, avec l’aménagement urbain des berges (immobilier résidentiel et de loisir). Prévu également, la reconstitution d’un couvert végétal adapté de la zone pour lutter contre l’érosion des sols, qui impacte directement l’ensablement. Enfin, un pont de 1,5 km (lancée de 634 m, viaduc, échangeurs) devra relier le Plateau à la commune de Cocody. Ce sera le 5 e pont de la capitale économique (le 4 e , SHUTTERSTOCK - RENAUD VANDERMEEREN travaux en cours, reliant Yopougon au Plateau).
SHUTTERSTOCK
Élargissement (2019) Canal de Vridi, Abidjan Ces travaux d’Hercule sur la passe de Vridi (entre la mer et la lagune) sont la clé du développement du Port autonome d’Abidjan (PAA). Ils permettent l’accès aux grands navires de commerce (avec un tirant d’eau de 16 m et une capacité de 10 000 conteneurs, au lieu de 3 500 par le passé). Et la desserte du deuxième terminal à conteneurs. Objectif : soutenir l’ambition du PAA, qui vise à devenir le port principal sur la façade atlantique d’Afrique, entre Tanger et Le Cap. En 2019, 25 827 167 tonnes de marchandises y ont transité. Un record qui ne cesse de croître.

 

AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara en mai 2011 et après deux décennies de crises multiples, le pays retrouve le chemin de l’unité et de l’ambition. On ne mesure peut-être pas aujourd’hui les défis auxquels a dû faire face la Côte d’Ivoire début 2011. À cette époque, elle est exsangue, épuisée par une double décennie de crises. Le décès du président Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, ouvre une séquence de profonde instabilité. Elle est affaiblie par la récession économique, la montée de la dette, le manque de réformes, ainsi que par la promotion du concept d’« ivoirité », selon lequel certains citoyens seraient plus ivoiriens que d’autres.

Publié en mars 2020

Investissements dans les infrastructures, retour de la compétitivité, inclusion sociale… La Côte d’Ivoire a retrouvé sa place de leader régional. On peut parler, sans aucun doute, d’un second miracle ivoirien. L’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, en 2011, ouvre un nouveau cycle, fortement dynamique. « La paix comme préalable au développement, le développement pour renforcer la paix. » À l’orée de son premier mandat, le président a annoncé son objectif : faire entrer son pays dans l’émergence à l’horizon 2020. Dès lors, avec son gouvernement, il a mis en place les éléments d’une croissance forte et durable. Depuis la fin de la crise politique en 2011, l’économie a progressé à un rythme moyen de 8 % par an, avec un pic de 10,1 % en 2012.

Publié en mars 2020

Véritable pépite nationale, la fève de cacao fait vivre 5 millions de personnes. Mais d’autres « branches » sont tout aussi porteuses. Première puissance agricole de la région (nette exportatrice), la Côte d’Ivoire a établi le Programme national d’investissement agricole (PNIA 2012-2016), ambitieux projet de relance et de modernisation du secteur. Il s’organise autour de quatre axes : la sécurité et la souveraineté alimentaire, la gestion durable des cultures de rente et d’exportation, l’engagement du secteur privé par le renforcement des investissements, la gouvernance agricole en matière de réformes des filières agricoles, de restructuration des organisations professionnelles agricoles et de la mise en œuvre de la loi sur le foncier rural. Ainsi, 10 % du budget national y est consacré. Le plan a été reconduit pour une seconde phase qui couvre la période 2018-2025.

Publié en mars 2020