Aller au contenu principal

Sécurité du Golfe Persique : quelle option, diplomatique ou militaire ?

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2011
Share

Peu d’informations ont filtré, mais le double attentat qui a visé fin novembre deux scientifiques iraniens spécialistes du nucléaire, est bien le signe que certains Etats n’entendent pas laisser l’Iran se doter de l’arme nucléaire. Quelles que soient les avancées technologiques, les potentialités à la disposition de Téhéran, les très nombreux contrôles des inspecteurs de l’AIEA, il est difficile d’apprécier le niveau de la menace. S’il est vrai que ces derniers temps, les autorités iraniennes ont empêché les inspecteurs de l’AIEA d’effectuer d’autres contrôles, Ali Asgheer, le représentant iranien à l’AIEA a dénoncé les accusations portées contre son pays : « Il n’y a aucune preuve d’un détournement du nucléaire civil à des fins militaires ». Mais le 5 décembre 2010, à la veille de la réunion de Genève entre les Six (1) et l’Iran sur ce dossier, Ali Akbar Salehi, le vice-président iranien, a revendiqué le droit pour son pays d’assurer son autosuffisance et a annoncé la production de son premier lot d’uranium concentré (yellowcake), servant à la production d’uranium enrichi.

Israël, seul pays dans la région à posséder l’arme nucléaire qui refuse toujours de ratifier le Traité de non-prolifération, ne l’entend pas de cette oreille et se trouve...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur, adipiscing elit dictum quam, eleifend dapibus in molestie. Quam primis habitant nostra morbi odio rhoncus mattis vivamus lacus tortor faucibus, platea pharetra non dis venenatis placerat arcu penatibus sodales tempus, cubilia risus dictumst commodo per quisque mauris phasellus viverra erat. Velit eget sed vel vehicula conubia feugiat litora himenaeos dictumst sapien, tincidunt maecenas enim vitae ligula laoreet quisque justo ultrices nascetur, ornare inceptos nibh molestie augue ullamcorper

Publié en mars 2021

Un peu plus de 40 000 décès pour 1,3 milliard d’habitants. Face à l’épidémie, le continent paraît, pour le moment, relativement épargné. Reste que la crise impacte sévèrement les économies, les échanges et les sociétés. 2020 sera la première année de récession depuis un quart de siècle. Et la pauvreté va regagner du terrain. Quelles pourraient être les voies d’une relance solide, inclusive, durable et créatrice d’emplois ?

Publié en décembre 2020

Économiste et consultant international, Olivier Vallée étudie notamment les problématiques liées aux matières premières en Afrique. Auteur de plusieurs livres sur la monnaie, la dette, les questions financières et les matières premières, il répond aux interrogations d’Afrique Magazine concernant la reprise économique postpandémique sur le continent. Circonspect vis-à-vis de la Banque mondiale, dont il déplore « le manque d’ambition et d’autocritique », il appelle à innover afin de surmonter la crise

Publié en décembre 2020