Aller au contenu principal
C'est comment ?

Tourisme à domicile !

Par Emmanuelle Pontié - Publié en juillet 2020

Je sais, le sujet est l’un des chouchous du « C’est comment ? » Mais là, l’occasion est trop belle pour ne pas en remettre une petite couche pour tous… Juillet verra certains d’entre vous prendre des vacances. Après les confinements et autres auto-confinements imposés par la pandémie de Covid-19, ceux qui ont télétravaillé, gardé leur emploi ou thésaurisé auront les moyens et l’envie de bouger un peu et de partir en villégiature. Mais cette fois-ci, le choix du tourisme domestique risque de s’imposer. Les frontières seront fermées pour la plupart, les hôtels loin d’être tous rouverts dans le monde, et les mesures de sécurité à l’entrée des pays « open », avec souvent quatorzaine et tout le tintouin, pas gérables.

DOM

En revanche, se balader dans les régions inconnues de son propre pays (enfin !) sera recommandé. Également pour s’éloigner, au passage, des capitales qui cristallisent le plus souvent le plus grand nombre de cas de Covid. Vive la campagne, le village familial et au-delà, la découverte du désert, des forêts, des plages, des pics rocheux, des volcans. On va vous épargner la liste incommensurable de beautés sublimes à découvrir sur son territoire, les mêmes qui attirent les touristes étrangers chaque année « non Covid ».

De plus, prendre ses vacances chez soi, si je puis dire, aura un avantage énorme : soutenir un peu l’industrie touristique locale, totalement mise à genoux par la pandémie. Trekking en dirhams, jet-ski en rands ou balades en forêts primaires en francs CFA coûteront souvent moins cher aux consommateurs et participeront utilement au soutien des économies nationales. Connaître un peu mieux son pays, redécouvrir ses racines ou partir à la rencontre d’autres cultures que celle de son seul village permettra peutêtre de dépasser les clichés et les idées reçues sur les autres peuples qui composent sa propre société. Et accessoirement, on entendra moins « Au Nord, ils sont comme ci ou comme ça », ou « Au Sud, les gens font ci ou ça », de personnes n’ayant jamais mis un pied dans les régions en question.

Alors, n’hésitez pas cette année à partir à l’aventure chez vous. C’est ce que feront la plupart des peuples du monde. Profitez-en à l’heure où pas mal de prédictions chagrines et scientifiques prévoient de nouvelles vagues du virus dans les deux ou trois mois qui viennent…

Dans la même rubrique

Début décembre, Time, le grand hebdomadaire américain, s’est posé la question : 2020 a-t-elle été la pire année de l’histoire ? Évidemment, le tropisme du débat est propre à cette nation de « conquérants optimistes »... Et oui, il y a nettement pire dans l’histoire du monde, des guerres (à l’échelle de la planète), des épidémies dévastatrices (la fameuse peste noire du Moyen Âge, par exemple), des famines, des astéroïdes si l’on remonte à la nuit des temps… Mais pour tous les êtres humains vivant aujourd’hui, le choc 2020 est stupéfiant. Unique. Au-delà de notre expérience. Beaucoup d’entre nous sommes des enfants de l’après-guerre justement, du baby-boom (années 1950-1960), les héritiers des indépendances aussi, d’autres sont des kids de la génération Z (celle des enfants du numérique), tous acteurs et spectateurs d’un formidable accroissement des richesses et d’un recul sans précédent de la pauvreté dans l’histoire de l’humanité.

Publié en décembre 2020

Ce n’est pas un sujet festif. Je sais. Et c’est fait exprès. C’est aussi un thème que l’on aborde ici parfois autour du 8 mars, consacré Journée internationale des droits des femmes depuis 1911. Mais plus récemment, le 25 novembre a été déclaré Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et en ces temps de Covid-19, où les confinements successifs ont fait exploser ces agressions à travers le monde, et notamment à domicile, il est bon de rappeler, justement entre deux agapes de fin d’année et lorsque les vœux sont à l’honneur, qu’un nombre toujours incroyable de femmes souffrent au quotidien.

Publié en décembre 2020

Si l’Afrique apparaît souvent comme une terre d’émergence économique, elle semble comme à l’arrêt sur le plan politique, paralysée par les enjeux de pouvoir, les rigidités internes, la faiblesse du débat démocratique. Chaque élection, chaque passation se présente comme un obstacle quasi insurmontable, un stupéfiant affrontement interne. Évidemment, le pouvoir reste une lutte. On ne gagne pas les sommets sans batailler, sans convaincre, sans alliances, sans manœuvres… Mais le pouvoir pour le pouvoir ne mène nulle part, sauf à la dictature, à la « démocrature ». Et à l’échec. Il nous faut sortir de ces paradigmes anciens, vermoulus, qui nous freinent, limitent notre progrès. Il nous faut changer le politique pour aller plus vite, plus loin, répondre aux attentes de centaines de millions d’Africains.

Publié en novembre 2020