Aller au contenu principal
Document

Dans les secrets des grands

Par Emmanuelle Pontié - Publié en janvier 2021

Elle est née d’une grande famille gabonaise. Et sa carrière publique s’étend sur trois décennies. Laure Olga Gondjout a surtout été la puissante secrétaire particulière du président Omar Bongo durant près de vingt-cinq ans. Incontournable porte d’entrée pour accéder au « Patron », protectrice, elle publie aujourd’hui un livre de souvenirs passionnants et choisis. À déguster sans modération.

img
Instants de vie : Omar Bongo, les miens et le monde, Laure Olga Gondjout, avec Djeynab Hane-Diallo, éditions Tabala, 20 €.DR

Elle est la fille cadette du premier président de l’Assemblée nationale du Gabon et passe une enfance où fami

lle et religion sont érigées en valeurs premières. Élève brillante, mais assez dissipée, elle se souvient de ses frasques au collège Immaculée Conception de Libreville, puis de ses années d’études supérieures en lettres modernes en Espagne, où elle séquestre l’ambassadeur du Gabon avec un groupe d’étudiants car il ne voulait pas leur donner leurs bourses… Après un premier emploi en 1978 à la Banque africaine de développement, à Abidjan, elle rejoint Libreville et le Palais du bord de mer en 1984 comme conseillère aux affaires africaines et internationales, avant d’être affectée trois ans plus tard au secrétariat général du Conseil des ministres. C’est en 1989 que le président Omar Bongo la choisit, à sa grande surprise, comme secrétaire particulière. Elle endosse le job. Il lui accorde toute sa confiance. Elle passera près de vingt-cinq ans à ce poste central, côtoyant chefs d’État, émissaires, businessmen internationaux, témoin des tractations et intrigues africaines ou internationales les plus secrètes, et au plus haut niveau. Dans son ouvrage, rédigé sous la forme de questions-réponses avec la journaliste Djeynab Hane-Diallo, on croise Dominique de Villepin, Albert Bourgi, Alpha Condé, Alassane Ouattara, Nelson Mandela, Yahya Jammeh, Yasser Arafat… Et tous ceux qui ont fait le voyage à Libreville, à l’époque où les conseils ou le soutien d’OBO étaient incontournables. Le 12 janvier 2019, elle a quitté son poste de médiatrice de la République.Installée à Abidjan, sa « deuxième patrie », Laure déclare se mettre en réserve de la République. Mais, comme elle l’écrit en gras quelque part dans ses mémoires, « On ne dit pas tout ! »…

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Cette chercheuse de 33 ans, originaire de République démocratique du Congo, fait partie des 20 lauréates du Prix L’oréal-Unesco pour les femmes et la science 2020, catégorie Jeunes talents Afrique Subsaharienne, dont le palmarès a été dévoilé le 23 novembre dernier à Paris.

Publié en décembre 2020

Le premier ministre éthiopien et prix Nobel de la paix 2019, Abiy Ahmed, a déclaré le 28 novembre la fin officielle des combats au Tigray séparatiste. Mais rien n’est réglé, explique à Afrique Magazine la spécialiste de la Corne de l’Afrique, Sonia Le Gouriellec. Maîtresse de conférences à l’Université catholique de Lille, elle est notamment l’auteure de « Djibouti : la diplomatie de géant d’un petit État » (publié en mars 2020 aux Presses universitaires du Septentrion). Le parti tigréen TPLF vient certes de perdre la guerre conventionnelle, mais c’est un redoutable spécialiste de la guérilla. La population éthiopienne semble avoir approuvé l’intervention contre le parti de la minorité tigréenne (6% des 110 millions d’habitants), qui a dominé le pays pendant trente ans jusqu’à sa mise à l’écart par Abiy Ahmed. Mais l’escalade militaire menace l’existence même de l’Etat central.

Publié en décembre 2020

Mercredi 9 et jeudi 10 décembre se tient à Tunis le congrès de l’Association internationale des maires francophones (AIMF). Fondée en 1979 par Jacques Chirac, alors maire de Paris, ce réseau de coopération rassemble environ 300 villes du monde entier. Afrique Magazine a interviewé Arnaud Ngatcha, conseiller du 9e arrondissement de Paris. Il est le nouvel adjoint à la maire Anne Hidalgo, en charge des relations internationales et de la francophonie. Arnaud, né d’un père camerounais avait, en 2006, réalisé un documentaire remarqué : Noirs, l'identité au cœur de la question noire. Et aussi collaboré avec notre magazine à ses debuts ! Entretien avec un ex-journaliste, homme de média et nouvel élu, avant son départ pour Tunis.

Publié en décembre 2020