Aller au contenu principal
Hommage

Sindika Dokolo, l’enfant de l’art

Par zlimam - Publié en novembre 2020
Share

Certains voudraient le réduire à sa caricature, à l’image du golden-boy globalisé, privilégié, « démasqué » par l’affaire des Luanda Leaks, à son statut d’amateur d’art « par intérêt ».

Sindika Dokolo était autrement plus dense, plus complexe, plus « riche », plus ambitieux que cela. Une personnalité à la fois chaleureuse, habile, détachée et impliquée, aux multiples identités. Porteur d’une triple histoire, congolaise, danoise et angolaise. Le fils d’un grand banquier congolais spolié par Mobutu, Augustin Dokolo Sanu, qui avait épousé en 1968 Hanne Kruse. Sindika, c’était aussi le mari d’Isabelle dos Santos, dont on a dit qu’elle était l’une des femmes les plus riches du monde. Une histoire d’amour qui se noue à Luanda, avec cinq enfants dont le dernier est né en septembre 2017. C’était un homme d’affaires, la moitié active de l’un des plus formidables « power couple » d’Afrique et du monde. Sindika Dokolo voyait grand pour lui, mais aussi pour l’Afrique. Cet homme d’argent était aussi un intellectuel porté par les idées, son métissage le rendant encore plus sensible à l’urgence d’une émancipation africaine, à la libération du noir, du « nègre ». La République démocratique du Congo était son point d’ancrage, sa référence...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur, adipiscing elit dictum quam, eleifend dapibus in molestie. Quam primis habitant nostra morbi odio rhoncus mattis vivamus lacus tortor faucibus, platea pharetra non dis venenatis placerat arcu penatibus sodales tempus, cubilia risus dictumst commodo per quisque mauris phasellus viverra erat. Velit eget sed vel vehicula conubia feugiat litora himenaeos dictumst sapien, tincidunt maecenas enim vitae ligula laoreet quisque justo ultrices nascetur, ornare inceptos nibh molestie augue ullamcorper

Publié en mars 2021

Un peu plus de 40 000 décès pour 1,3 milliard d’habitants. Face à l’épidémie, le continent paraît, pour le moment, relativement épargné. Reste que la crise impacte sévèrement les économies, les échanges et les sociétés. 2020 sera la première année de récession depuis un quart de siècle. Et la pauvreté va regagner du terrain. Quelles pourraient être les voies d’une relance solide, inclusive, durable et créatrice d’emplois ?

Publié en décembre 2020

Économiste et consultant international, Olivier Vallée étudie notamment les problématiques liées aux matières premières en Afrique. Auteur de plusieurs livres sur la monnaie, la dette, les questions financières et les matières premières, il répond aux interrogations d’Afrique Magazine concernant la reprise économique postpandémique sur le continent. Circonspect vis-à-vis de la Banque mondiale, dont il déplore « le manque d’ambition et d’autocritique », il appelle à innover afin de surmonter la crise

Publié en décembre 2020