Aller au contenu principal

LES BIENHEUREUX

Par Jean Marie Chazeau - Publié en janvier 2018
Share
ALGER, 2008. Il y a le fils étudiant qui fume des joints avec son pote fan de « taqwacore punk halal » et cherchant à se faire tatouer un verset du Coran dans le dos. Il y a leur copine farouchement indépendante, à la répartie assassine, mais marquée par la terreur islamiste durant son enfance (Lyna Khoudri, prix d’interprétation à Venise). Il y a les parents, couple amoureux mais déchiré après avoir traversé les années de plomb. Ils ne supportent plus « la bigoterie que l’État distille dans nos veines » : voulant fêter leurs vingt ans de mariage, ils sont chassés d’un comptoir (pas de femme au bar), d’une terrasse (pas d’alcool à cause des voisins). Et puis il y a Alger, superbement filmée sous toutes les coutures, belle et sordide, généreuse et inquiétante, où les personnages semblent enfermés. Deux générations, beaucoup de bienveillance, une angoisse larvée et des désirs contraires : le film parvient à l’équilibre sur le fil des émotions.
 
Jean-Marie Chazeau
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Le musicien malien Bassekou Kouyaté est le maître du n’goni, un luth ancestral d’Afrique de l’ouest, associé à la caste des djelis - ou griots, ces maîtres de la parole. Héritier de cette tradition transmise de père en fils, il a propulsé cet instrument sur la scène mondiale, et a fait évoluer son esthétique, le dotant notamment de sonorités électriques. Au festival Rio Loco Afrika 21 de Toulouse, Bassekou nous a présenté son nouvel album Miri, son approche artistique, son rôle de griot moderne, ses espoirs pour son pays.

 

Publié en juillet 2021

Un outil numérique qui pourrait sauver des vies - c’est du moins ainsi qu’on nous le présente. L'application StopCovid, destinée à équiper le maximum de téléphones portables et ce afin de déterminer qui a croisé la route d’un patient atteint du coronavirus. Tracer les fameux |cas contacts|, seul moyen d’enrayer la chaîne de transmission et ainsi éviter la deuxième vague tant redoutée. Et si StopCovid était la boîte de Pandore qu’on ouvrait sur un monde à la Orwell ?

Publié en juin 2020

C’est d’habitude la période qui donne le coup d’envoi dans le monde à la saison du tourisme. Celui où l’aérien et l’hôtellerie croulent sous les réservations, où les restaurants commencent à déployer leurs terrasses… Mais cette année, il n’en est rien. Alors qu’une moitié de la planète vit toujours confinée, ou commence à sortir prudemment du confinement, tous les indicateurs du tourisme sont au rouge. Le secteur traverse la pire crise de son histoire, à l’image des compagnies aériennes, plombées par leurs avions cloués au sol ou à moitié remplis.

Publié en juin 2020