Aller au contenu principal
Côte d’Ivoire

Une pause à Bassam

Par zlimam - Publié en mars 2020
Share
ZYAD LIMAM

Il y a quelque chose de fluide dans cette nouvelle Côte d’Ivoire, une pratique de l’accueil, de l’Akwaba (« bienvenue »), une ouverture vers le large, un contact avec les autres, une interface avec le vaste monde, portée symboliquement par un littoral de près de 600 km de long. Et sur l’est du pays, derrière ces longues plages face aux vagues de l’Atlantique, un système lagunaire écologique et humain quasiment unique en Afrique, nourri par des grands fleuves, le Bandama, le N’zi, le Comoé… Tout au long de cet enchevêtrement d’eau et de végétaux se déroule l’histoire du pays, en partant de Grand-Lahou, jusqu’à Assinie ou Adiaké, en passant par Grand-Bassam, Bingerville et les tours d’Abidjan. À Grand-Bassam, à quelques mètres des vestiges fatigués de l’empire colonial, un monde métis vient en week-end ou en vacances, en pause, prendre l’air, s’asseoir face à la mer, dos à la lagune, le temps d’une ou deux brochettes ou d’un poisson grillé, le temps de refaire le monde et de refaire la Côte d’Ivoire.

AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara en mai 2011 et après deux décennies de crises multiples, le pays retrouve le chemin de l’unité et de l’ambition. On ne mesure peut-être pas aujourd’hui les défis auxquels a dû faire face la Côte d’Ivoire début 2011. À cette époque, elle est exsangue, épuisée par une double décennie de crises. Le décès du président Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, ouvre une séquence de profonde instabilité. Elle est affaiblie par la récession économique, la montée de la dette, le manque de réformes, ainsi que par la promotion du concept d’« ivoirité », selon lequel certains citoyens seraient plus ivoiriens que d’autres.

Publié en mars 2020

Investissements dans les infrastructures, retour de la compétitivité, inclusion sociale… La Côte d’Ivoire a retrouvé sa place de leader régional. On peut parler, sans aucun doute, d’un second miracle ivoirien. L’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, en 2011, ouvre un nouveau cycle, fortement dynamique. « La paix comme préalable au développement, le développement pour renforcer la paix. » À l’orée de son premier mandat, le président a annoncé son objectif : faire entrer son pays dans l’émergence à l’horizon 2020. Dès lors, avec son gouvernement, il a mis en place les éléments d’une croissance forte et durable. Depuis la fin de la crise politique en 2011, l’économie a progressé à un rythme moyen de 8 % par an, avec un pic de 10,1 % en 2012.

Publié en mars 2020

La politique des grands travaux, l’investissement dans les infrastructures, constitue l’une des clés de la compétitivité économique. Voyage en images sur ces territoires d’émergence. Ce 3e pont de la capitale économique relie Marcory à la zone résidentielle de Riviera. Réalisée en partenariat public-privé, longue de 6,7 km, la structure s’achève sur un vaste échangeur (boulevard VGE). 100 millions de véhicules l’ont empruntée depuis son ouverture*. (*Chiffres arrêtés à mars 2019.)

Publié en mars 2020